Irlande enfin

Nouvelles cartes électroniques : les 2 ordinateurs ne donnent pas la même image et il faut jongler, réinitialiser le tout pour arriver à obtenir un aperçu correct.

Mais avec 3 ordis dont 1 sur les anciennes cartes, Google, Marinetraffic et son application OnCourse on se débrouille pour établir les routes au plus précis de la météo.

Et heureusement que les réseaux mobiles fonctionnent mieux qu’il y a 10 ans car on peut capter des fichiers Grib (prévisions météo) à 20 Nm des côtes. Pourquoi heureusement ? Car l’iridium Go a beugué en Norvège où il n’est pas possible d’attendre un colis sans payer une fortune en affranchissement et en taxes (oui au pluriel !). Donc plus de connexion satellite au large mais ce n’est pas le détroit du Danemark début Mai (ça on l’a fait !) et en rasant les côtes on n’a pas plus de 2 jours au large alors on va s’en passer.

Mais comment faisions-nous il y a 22 ans ? Ah oui on va peut-être penser à ré emporter des cartes papiers et s’y remettre. On a souri quand Jacques (Lilas Blanc) parlait de former son neveu dans la Manche à la navigation papier règle Cras ; on n’aurait peut-être pas dû 😉
A toute erreur chose est bonne on fera rire nos amis irlandais quelques années en s’étant de trompé e lieu de mouillage : 15 Nm tout de même !
Que les bretons se rassurent ils savent que nous nous somme formés en Méditerranée puis dans les glaces et pas aux Glénans.

Tout cela pour dire que nous sommes bien arrivés en Irlande que nous adorons toujours autant même si nos 3 monstres nous manquent (personne pour vomir dans la houle).
Quelques jours dans la baie de Galway puis Le Sud (qui peut être Le Nord pour beaucoup d’entre vous !).